Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

Marie de l'Incarnation, au-delà de la Touraine : la Nouvelle France

Hier, en ce 30 avril 2013, nous célébrions les 150 années du courage héroïque des 65 légionnaires qui ont choisi le sacrifice du sang pour protéger la France. C'est "la vie plutôt que le courage qui abandonna ces soldats français le 30 mai 1863" dans une ferme mexicaine surplombant l'immensité du paysage.

Mais le 30 avril c'est aussi la fête de Bienheureuse Marie de l'Incarnation, la tourangelle du siècle de Richelieu née Marie Guyart. On la surnomme au Canada la "Folle de Dieu", car elle a mis son zèle, sa Foi et toute sa vie au service du peuple amérindien d'outre-atlantique. Elle a fait de sa vie le reflet vivant de ce qui l'habitait au plus profond d'elle-même : une foi charnelle et une relation mystique à Jésus-Christ. Une belle inspiration pour tous ceux qui aspirent en ce siècle nouveau, à tramer leurs rêves de grandeur et leur soif de Dieu dans l'étoffe d'un monde complexe mais tellement riche.

Bienheureuse Marie de l'Incarnation était une conquérante qui a écrit sa vie avec la plume enflammée de ceux qui trempent leur esprit dans la glaise de l'Ecriture Sainte. Pour le cardinal Honoré, ancien évêque de Tours, elle était la Bossuet féminine du XVIIème siècle. Rien de moins.

Je vous propose de passer une minute avec le père Philippe Verdin qui nous parle sobrièvement de Marie. Vous pourrez également, pour approfondir l'histoire merveilleuse de la petite soeur ursuline, vous rendre sur le site de leur communauté.

Elle disait souvent "qu'il n'y avait rien pour [elle] de plus grand que d'annoncer la Parole de Dieu."

Bse Marie de l'Incarnation

Bse Marie de l'Incarnation

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article