Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

[Poème] la mousson éternelle

Suite et fin d'un mouvement poétique qui m'a conduit à un tryptique ;)

Une vague parfumée - L'offrande d'un champ - La mousson éternelle


La mousson éternelle

 

La salive de ta bouche, l'encrier de ton cœur,

Enlace onctueusement l'esprit né sur ta langue

En mouillant chaque parole elle imprègne les mœurs.

 

Au fil de l'eau ta salive tisse sa toile son gang

Marquant son territoire, embrassant l'entourage

Absorbé soudain par l'auréole du big bang.

 

Et les cieux du haut grondent des éclairs des orages;

L'instrument de la grâce s'abat sur la folie

Et voilà la fraîcheur imbibant une page.

 

Ta plume navigue dessus pianotant sa partie

Enroulant le filet dans une langue sacrée

Décorant un cahier comme l'on habille une vie.

 

Tout nu face au mystère tu rentres dans ton palais

Parfumé de l'encens enrobant tous les poils

Le désir en toi monte d'accomplir le parlé;

 

Que tes entrailles résonnent et remercient la moelle

De transmettre la flamme qu'une femme a fait naître

Dans la crypte centrale, au travers d'une toile

 

Que le peintre ensemence d'un long filet de l'être

Le paysage intime d'une contrée de la race

Qui aspire et accueille la pluie blanche de la grâce.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article