Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

Les forts sans les faibles ou l'euthanasie de St Paul

oyonnax-2-gd.jpgEntre le son des cloches et le pas des chevaux... le quinté+ ! La France des bistrots c'est aussi cela : miser sur le bon cheval. Dernier exemple en date : Oyonnax. Un nom coulant et accrocheur que l'on croirait tout droit sorti d'une agence de communication. En réalité : simple reprise d'un patelin du centre-est de la France ! Oyonnax... un cheval que l'on imaginerait bien être né pour gagner. En vérité : deux de ses trois propriétaires l'ont abandonné au prétexte qu'il était trop difficile au débourrage (ordres de base).

 

Le troisième a vu juste. En dépit des apparences, il a osé miser sur une valeur oubliée et ringarde : la foi ! La foi en l'intérieur plutôt qu'en l'extérieur, la confiance dans l'intensité des relations plutôt que la spéculation dans la superficialité des tests... Il a joué à plein sur l'effet de levier du pari pour la vie.

 

A quoi jouent nos sociétés sécularisées en mettant toutes leurs billes dans le camp des "forts" ?Ayant délaissées la verticalité, elles sont désormais acculées à s'en tenir à une horizontalité sans saveur qui consacre la suprématie des "forts" tout en marginalisant les sans-voix, les faibles et les petits.

 

"C'est de la faiblesse que naît la vraie force"... tais-toi Saint Paul cela ne veut rien dire ta maxime ! Au mieux, dans le Paris qui chante et qui danse tu es pris pour un fou. Au pire pour un déjanté schizophrène. La rationalité post-moderne ne veut plus affronter les paradoxes créateurs, elle pré-sélectionne seulement les "vérités objectives". Alors laisse-moi écrire mon article sans interférer ok ?

 

La force, au XXIème, on l'a ou on l'a pas. On est banquier d'affaire ou petit employé de bureau; on est criminel ou bien victime; on est force vive ou vieillard; on est normal ou bien handicapé... A chaque situation sa fatalité ou son destin.

 

Certains sont les vainqueurs habiles d'un mondialisme virulent qui gomme les identités et transperce les frontières, d'autres rejoignent le cortège des délocalisés et des consommateurs-chômeurs.

 

Certains crapahutent dans les bacs à sable d'un système judiciaire laxiste qui a aboli la peine de mort, d'autres déchantent devant la longue litanie des noms inscrits au registre de la peine capitale infligée aux victimes.

 

Certains sont bichonnés par les parfums et les massages du consumérisme, d'autres sont gentillement poussés vers la sortie. Pour un départ de l'usine ou un départ plus définitif ? Simple question de degré me direz-vous.

 

Certains sont sélectionnés pour sortir du col de la mère et convoler vers d'autres cieux, d'autres sont interdits de cité dans un monde devenu trop aseptisé pour leur originalité monstrueuse.

 

C'est la sélection organisée. La sélection naturelle de Darwin n'a qu'à bien se tenir, les humains du XXIème ont trouvé bien mieux !

Au revoir St Paul... Et à dans trois jours ! Mais chut...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article