Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

[Poème] Le big-bang

Des mots et des rimes sur la vie qu'annonce la valse des feuilles jaunes et or de saison.


aventnoel

Comme la main espiègle provoquant un regard

Comme la main cachée derrière un dos gaillard

La main de Dieu sourit lors des heures les plus graves

La main du père prépare les instants plein de laves.

 

En son creux un secret : une fleur, un pourpoint?

Mystère de liberté tout serré dans un poing

Mystère d'éternité tout enrobé de charmes,

Le temps retient son souffle et la matière ses larmes.

 

La fiancée connaît cet humour de l'instant

Qui suspend ses paroles aux lèvres de l'aimant,

Ce genou qui s'affaisse et bouscule la matière

Qui réveille la bouche en invitant le tiers :

 

Le temps sacré qui passe, porte ouverte sur l'histoire.

Les cordes du langage illuminant le soir

Font frémir tout le corps, et les pétales du bras

S'ouvrent sur le présent qu'un verbe transforma.

 

C'est la force du ciel d'élargir l'horizon

C'est celle de la terre d'exploser les prisons

Pour permettre à ses hommes de goûter à la Vie

Qui ouvre soudainement le jardin d'un ami.

 

Et le voile du silence se dépose sur le choeur,

Et sur le linge froissé et sur la voix du coeur,

Et sur les chevilles nues et sur les doux visages,

Sur le drap blanc devant qui recouvre tous les âges.

 

Comme la main espiègle cherchant un oeil hagard

Comme la main ouverte attirant un regard

La main du père embrasse ses membres si comblés

Et les météorites, ses petits bien-aimés.

 

VV

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article