Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

La mélodie de la France : un concerto pour panache

victoire.jpg

Cet article est né dans mon esprit et mon coeur à la suite du match remporté par le XV de France face au Pays de Galles. Une victoire à l'arraché sans étincelle ni saveur, faisant pâlement suite à une sensationnelle prestation contre nos adversaires préférés, nos frères d'outre-mer à la rose rouge. Une fleur ensanglantée, foulée au pied dans un accès de talent collectif surprenant, la solidarité et l'excellence en porte-drapeau. Une représentation si remarquée et si aboutie qu'elle brisera par essence tout élan de grandeur susceptible d'apporter à nos tricolores la grâce et l'élégance nécessaires pour réitérer la même performance au tour suivant.


L'esprit français marche aux coups de génie, à l'imprévisible et à l'irrationnel, c'est tout. L'âme tricolore est fragile et impalpable, elle ne fournit pas de forme sur mesure, elle suit sa propre météo interne, inconnue des cartésiens et des intelligences d'ici-bas. C'est ce qui fait la singularité de ce peuple et de son Histoire. Des ombres et des lumières depuis 1500 ans... pas meilleures qu'ailleurs; le français? Pas plus sain(t) qu'un autre; mais simplement une capacité touchante à émerveiller le monde par des éclats d'enthousiasme aux notes irrésistibles.


Alors, lorsque j'ai recueilli en mon for intime les commentaires aigris aux souffles courts des apôtres du rugby sans peur et sans reproche mon sang n'a fait qu'un tour! L'irrégularité française le montre bien : le rugby peut être en quelques occasions d'exception une formidable métaphore de la "logique" de la vie. L'on voudrait tenir cette vie dans nos mains, l'on voudrait la comprendre et percer tous ses mystères en analysant ses phénomènes. Bref, l'on voudrait bien enfermer les gens, par paquets, dans des cases. Et lorsqu'une personne ou une équipe ne correspond pas aux critères retenus on la presse de se conformer aux proverbes sélectionnés. Pour le rugby, certains proclament les maximes éternels du devoir des champions : puissance, régularité, propreté, technique. Et pourtant, jusqu'à preuve du contraire, aucune règle de droit n'interdit un champion hors-catégorie!


Comme l'homme est lent à entendre les battements de sa chair. C'est le feu et la chaleur qui guident nos pas, pas des idées froides quoique pragmatiques. Pour nous aider à pénétrer dans cette réalité invisible, une finale de rugby historique est passée dans notre quotidien. Une rencontre entre la chair et l'être, une illustration humble mais parlante du goût du sacrifice et du courage donné. Des visages moulés dans le sein de la vaillance et de la détermination; des silhouettes calmes et dynamiques berçant entre elles les liens fraternels du signe du triomphe; une écume à la ligne courbe piquant de son sel les ombres déferlantes de la marée noire. Les yeux perçant d'un capitaine embrassant d'un regard le contenu d'un affrontement tramé dans l'étoffe d'un rêve de grandeur : battre "la meilleur équipe de tous les temps" dans son jardin!


Les physiciens post-modernes à la vue étriquée peuvent tranquillement se mordre la queue. Avec Aristote, les grecs de l'ancienne ère collaient davantage à la réalité : "c'est le verbe et le son qui créent la forme, pas l'inverse". 


Rien n'arrêtera le chant du coq et la propagation de l'enthousiasme tricolore; par la langue française et le mystère d'une âme, il y aura toujours un pinceau invisible pour dessiner les lettres chéris du panache; notre mélodie de bonheur qui fait vibrer les coeurs et sourire les alchimistes, de tout genre.

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article