Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

L’appel au grand large sur les côtes de Cebu

Extrait de mes carnets de voyage tenus aux Philippines d'avril à juillet 2011.

Nous voilà en partance pour l’île de Mindanao, au sud des Philippines. En cette douce soirée de jeudi, la poupe du ferry s’offre à moi. Comme Léonardo allongé en son temps à l’arrière du Titanic, la tête dans les étoiles, une fumée montant vers d’autres cieux, je goûte les joies du grand air.

Le bruit de l’eau, la douce voix de ma voisine chantonnant et le ronronnement du moteur. Devant moi : Cebu étincelant de mille feux s’éloigne du rivage du regard. Je peux tranquillement penser à sombrer dans la mort de la nuit.

Le vent caresse mon visage avec une délicatesse toute singulière, celle de la nature qui s’affranchit petit à petit de la tutelle citadine des hommes.

L’air est parfumé du pétrole de la grande cheminée, mais légèrement. Une sensation de bien être paisible a désormais envahi mon visage.

Le chant d’une princesse continue de bercer mes pensées et mon coeur qui se prépare pour la nuit.

Peut-on espérer plus belle métaphore pour une âme s’amusant facilement des clins Dieu de la nature ? A cette heure et en cet instant je sens tout mon être s’embarquer dans la profondeur du bleu océan dans le même mouvement qui entraîne tout le ciel dans le noir des ténèbres. Ciel et mer s’embrassent et ne font plus qu’un.

Le bateau de la mort m’entraîne vers une autre rive. Demain l’aube annoncera, je l’espère, une nouvelle terre. Pour une nouvelle vie. Mon esprit est tout amoureux des voies mystérieuses de la divine providence.

La table circulaire sur laquelle je suis assis commence à trembler. La beauté du cosmos est si fragile qu’elle vibre même en fréquence avec mes craintes. Les éléments semblent en suspension dans l’univers, attendant patiemment mes fiançailles avec l’amour sans limite qui seule, sait harmonieusement faire communier la nature de l’homme aux réalités célestes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article