Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

Compassion, Love et Liturgie : un cocktail d’amour explosif !

Extrait de mes carnets de voyage tenus aux Philippines d'avril à juillet 2011.

Le we se termine, une semaine bien remplie s’achève. Et avec elle des dizaines de rencontres riches en humanité et conseils professionnels (sic). Pas question de perdre le nord non plus!

La responsable d’un département d’une grande banque philippine conseillée par une soeur contemplative de St Jean. Une élite pleine d’attention pour ses employés.

Un entrepreneur français amoureux des Philippines. Hyper disponible et passionné par notre projet de soutien aux « small business » qui irrigueront demain les campagnes du pays!

Un avocat de 71 ans plein d’expériences et de recul. Homme de sagesse.

Et ce WE au nord de Manila : des jeunes sortis de prison et des jeunes femmes abusées. Une trentaine de coeurs attachants. Je pense à la Parole qui distille son parfum à la porte de mon esprit : « ce trésor, nous le portons dans des vases d’argiles pour qu’on voie bien que cette extraordinaire puissance appartient à Dieu et ne vient pas de nous ».

L’association ACAY vise à recréer un espace de sécurité pour permettre à chacun de devenir soi-même espace de générosité. En mettant en place des communautés enracinées dans l’amitié fraternelle et tournées vers le ciel, les 4 soeurs et les acteurs des programmes SOL etMVP se donnent les moyens de communier à la plus pétillante des vertus :  l’espérance.

Le secret d’ACAY réside peut être tout simplement dans un trait de folie : l’audace du sens de la vie, de ses germes, de ses troncs, de ses feuilles, de sa sève! Oser proposer à des natures blessées la transcendante science des paroles et des gestes : la liturgie.

Il y a quelques jours je diffusais sur mon mur facebook un article d’une amie rédactrice dans le quotidien français La Croix. Au fil des lignes Christine traite de la liturgie et de son service nécessaire à l’épanouissement de la foi. Elle rappelle notamment les racines du mot en expliquant que « la liturgie est action de Dieu par le peuple et pour son peuple. » Elle éclaire ensuite ces paroles dans la foulée : « par la liturgie, Dieu offre un espace où il se saisit de paroles et de gestes profondément humains pour se dire et se donner. »

C’est limpide et ça parle à mon coeur.

Le partage du pain dit quelque chose du sens de la vie. La liturgie permet de disséquer plan par plan le caractère divin de ce moment particulier dans la journée d’un homme.

Allumer une bougie permet d’attirer l’attention d’un groupe vers un point convergeant. La liturgie permet d’enrober ce moment unique des enluminures du silence qui transpercent et touchent le brouhaha de l’esprit.

Faire son lit le matin, n’était-ce pas la manifestation d’un désir secret de rendre visible ce qui est invisible? Et la porte de la mort se referme tranquillement sur l’oreiller de la nuit… De nouveaux draps pour une nouvelle vie.

Au retour du we dans le mini-bus ;)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article