Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

Ambiance crocodile dundee aux Philippines

Extrait de mes carnets de voyage tenus aux Philippines d'avril à juillet 2011.

Ce soir, nous avons profité du passage de JiBi à Cebu pour lui assurer une seconde « despedida » (à dieu local). Pour l’occasion, nous nous sommes rendus dans un restaurant philippin de plein air (courant ici!). A mi chemin des tables et du comptoir se tient l’homme jukebox de la soirée; un guitariste assis sur son tabouret, des partitions posées devant lui en guise de décor, santiags aux pieds, tête relevée, il embaume le lieu de son timbre singulier.

Celui qui tient entre ses doigts la vie de l’esprit d’une atmosphère paraît décontracté, souriant et professionnel tout à la fois. Il tient son instrument en position semi-couché comme pour montrer aux regards passagers que même assoupie une guitare peut encore charmer ses voisins.

Chemise ouverte, collier naturel accroché à la nuque, chapeau sombre sur le chef, il revêt la même insolence que Crocodile Dundee. Un écho de la providence à un souvenir d’enfance.

 


Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article