Le chant des étincelles

Le chant des étincelles

Tout commence dans la petite patrie intérieure

A pieds et sans argent pour rencontrer les autres, chiche ?

un-chemin-de-promesses.jpgHier midi, assis seul à ma table devant mon "steack-frites", j'adresse un "bon appétit" naturel à mon voisin de gauche. A la fin du repas, le jeune cadre d'une trentaine d'années m'interpèle et souligne qu'il a été touché par mon geste. "Cela ne se dit pas beaucoup en France..." me précise-t-il en souriant.

Jim a voyagé dans de nombreux pays et reste profondément marqué par la pudeur existentielle des français de la rue qui ne prennent pas les moyens d'établir le contact avec l'étranger d'un instant. Chacun reste dans sa bulle.

J'y vois l'impact prégnant d'une logique socialiste distillée depuis 30 années. "La générosité et l'élan solidaire" c'est bon pour l'Etat. C'est son boulot, et en plus il le fait mal, toujours mal... Le citoyen de base baigné dans l'idéologie de l'Etat providentiel a une succession de droits à conquérir, il doit s'occuper de ses propres problèmes. En fait, cette société advenue en France avec l'ère Mitterrand contredit les principes même qu'elle promeut. Une schizophrénie de plus me direz-vous. Mais c'est toute la spécialité du socialisme français qui pousse ses adeptes à chérir tranquillement les causes des conséquences qu'ils abhorrent.

 

Il y a quelques années, un jeune couple français partait en voyage de noces de Paris à Jérusalem à pieds et sans argent ! Mathilde et Edouard Cortès ont décidé d'entammer leur vie à deux dans le plus grand dépouillement. Une quête de l'essentiel et de la rencontre dans une époque minée par l'esprit de consommation et l'affaissement de tout référentiel métaphysique.

Le 25 novembre 2008, Mathilde était interviewée sur France 3 Bourgogne.

Leur livre : "Un chemin de promesses"

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jim 18/11/2010 12:07


Salut victor,je viens de lire ton dernier billet et j'ai été surpris par ton analyse me concernant.La première surprise étant ta capacité à détecter toute trace de socialisme.Il est vrai que mon
père qui est âgé de 70 ans est un socialiste convaincu(bien joué).Pour ma part je n'ai pas subit d'influence majeure en matière d'idéologie.Je ne suis dans aucun parti mais je m'intéresses de près
à la manière dont la France est gouvernée.Je crois en un état utile mais en aucun cas providentiel.Je m'intéresses à l'être humain et à Dieu.Ma remarque concernant ta salutation était des plus
sincères.Je ne stigmatise pas les français.Je suis tout simplement déçu du fait que année après année j'observes une régression en matière de civisme,de moralité,une perte de repères et de valeurs
qui se traduit inévitablement par certains comportements.Il y'a d'autres raisons bien sûr mais quel dommage alors que nous vivons dans un super pays.
Je ne penses pas être meilleur qu'un autre et le réalisme ne signifie pas pessimisme car il y'a toujours de l'espoir.
Jim.


Victor Vieilfault 20/11/2010 13:41



bonjour Jim,


merci de ta réaction. Je crois qu'il y a eu un quiproquo dans nos interprétations respectives du petit billet que j'ai écrit. Lorsque je fustigeais l'impact d'un socialisme rampant dans les
consciences je visais les français en général et pas toi; ni l'influence idéologique de ta famille ni la tienne ;) je n'ai pas eu d'intuition très développée sur tes convictions profondes
d'ailleurs.


En fait, ce qui m'a intéressé dans ta réaction et notre discussion forte intéressante qui a suivi c'était que cela permettait de mettre en lumière une réalité : l'essor de l'individualisme au
sein de consciences citoyennes baignées dans l'esprit socialiste. J'ai simplement rebondi sur nos analyses pour mettre des mots sur une schizophrénie française de plus.


J'en profite pour te dire qu'il est rare de tomber sur des personnes comme toi sensibles à une certaine vision du monde et de la vie. C'était une réelle joie pour moi de partager avec toi.


Fraternellement.